Fil d'actualité

Espace privé

News

Calendrier Bio

Octobre 2017
D L Ma Me J V S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31

Prochaines dates

Inscription à la newsletter

captcha 
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Moteur de recherche phylogénique

L'université de Lyon met à disposition par l'URL suivante : http://lifemap.univ-lyon1.fr/ un moteur de recherche phylogénique qui permet de retrouver et de positionner immédiatement n'importe quel être vivant dans l'arbre phylogénique. Essayez ! C'est très puissant et pratique.

Ne soyez pas surpris par les trois règnes présentés au niveau supérieur : les eucaryotes, les archées et les bactéries. Il s'agit là d'une évolution récente de la notion de règne sur laquelle la plupart des biologistes se rallient. Il en existe d'autres dans la communauté scientifique mais toutes sont assez éloignées de ce que nous avions appris avec les animaux, végétaux, bactéries, champignons et protozoaires. Cela a bien vieilli et il faut se mettre à jour. Voila un bel outil pour cela !

De façon à le retrouver facilement, nous avons ajouté un lien dans le menu "Sorties". 

 Lifemap

Nouvelles attestations

Vous pouvez dès maintenant charger les deux nouvelles attestations de stage : jeune plongeur Bio et Formateur FB1+ (avec compétence de formation des PB2), afin de les utiliser lors de vos sorties.

Cliquer ici !

 

N'énervez pas les seiches

Une étude récente chez les seiches géantes d'Australie (Sepia apama) a montré que les mâles de l'espèce qui doivent s'affronter pour la conquête des femelles ne recherchent pas systématiquement l'affrontement, bien au contraire. Bien des signes et des comportements leur permettent d'afficher leur agressivité et la menace envers le concurrent. Tout ceci n'est pas du cinéma, elles ne font pas semblant.

Afin de limiter tout risque de blessure, évènement qui pourrait leur être fatal dans leur environnement, les seiches tentent de réduire leurs échanges à des intimidations générées par des changements de couleur rapides ou des attitudes (distance entre les rivaux ou position du manteau par exemple). Ces niveaux gradués de défi sont en fait des informations parfaitement captées et interprétées par chacune, et c'est le plus résistant au stress qui va gagner si l'opposition ne va pas jusqu'à l'affrontement physique. Une guerre des nerfs en quelque sorte...

(Origine : ScienceDaily)

 

Réunion de mi-saison 2016

Comme chaque année, le bureau de la CREBS et les présidents des CDEBS de la Région se sont rassemblés pour un point à la mi-saison. Les actions ont été nombreuses cette saison et il était nécessaire d'en préparer la suite et/ou la reconduction pour la rentrée. Le calendrier de la saison à venir a été l'un des sujets d'un ordre du jour chargé; Tout sera prêt pour la suite de nos activités bio sur la région !

Cliquez ici pour visualiser/télécharger la présentation utilisée durant cette réunon. 

Poissons à l'air libre

Une étude australienne de l'Université de Galles du Sud démontre que voir des poissons vivre à l'air libre n'est pas chose rare, contrairement à ce que l'on pensait. La vie amphibie ne serait pas si compliquée que cela finalement. 33 familles de poissons auraient au moins une espèce vivant ainsi, sous différents climats, avec différents régimes alimentaires et dans différents mileux aquatiques.

Certaines anguilles et les gobies du genre Periophtalmus peuvent rester ainsi hors de l'eau pendant des heures voire des jours. D'autres séjournent dans l'air très peu de temps. A l'autre extrémité, une espèce de blennie reste en dehors de l'eau toute sa vie adulte, vivant dans l'espace intertidale.

Le passage de la vie aquatique à la vie terrestre est à la source de la plupart des vertébrés terrestres, l'Homme y compris. On voit à présent que les opportunités de changement de milieu furent sûrement plus importantes que l'on ne le pensait. La difficulté principale d'adaptation à une vie totalement terrestre reste celle des branchies qui doivent rester humides, et plus généralement le désèchement du corps.

(Source ScienceDaily)

 

Un autre inventaire démarre

Au nom du MNHN, le biologiste Pierre Noël, celui-là même qui nous guide dans l'inventaire du lac de Beaumont, nous propose de démarrer un autre invenatire dans les étangs du golf national de Saint-Quentin (78). Cela se passera le dimanche 19 juin prochain, et tous les renseignements se trouvent sur le document que vous pouvez télécharger en cliquant ici.

Si vous êtes intéressé, merci de remplir la fiche d'inscription que vous pouvez télécharger ici et de la renvoyer avant le 10 juin à Chantal Delcausse (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Bonnes plongées !

 

L'inventaire accélère

Quinze plongeurs et accompagnateurs se sont retrouvés ce dimanche 29 mai à Beaumont. Sous l'autorité bienveillante de Pierre Noël, de nouvelles aventures aquatiques ont pu se dérouler : mesure de la visibilité avec le disque de Secchi, courantologie avec flotteurs "maison" et ballons, mesure de l'épaisseur de la vase avec une jauge, étude du plancton, repérage des crustacés. L'observation et la photographie des espeèces rencontrées ont révélé un nombre important de brochets juvéniles et adultes, carpes soleil et communes, moules zébrées, herbiers de Characées, hydres, Ophrydium fixé ou en pleine eau, cyanobactéries de Martens et de nombreux hydracariens que nous n'avions pas encore eu l'occasion d'observer. Des observations à la loupe binoculaire ont complété ce travail. Chaque palanquée a réalisé un compte-rendu.

L'inventaire terrestre a malheureusement été perturbé par une pluie battante. Ce sera pour une prochaine fois. Un très grand merci aux acteurs de cette journée qui se sont impliqués avec beaucoup d'enthousiasme dans ces différents ateliers, ainsi qu'à Pierre qui nous guide et bien sûr à Francis pour son accueil.

 

Page 4 sur 9

Aller au haut